Journal d'un inconnu


D'après le journal de Josef Nadj et des poèmes d'Otto Tolnai


Il aura fallu quinze ans à Josef Nadj pour aborder la forme du solo et – sans doute parce qu’il s’agit de sa première expérience en la matière –, Journal d’un inconnu est sa pièce la plus introspective, la plus clairement autobiographique.
Renouant avec ses premières créations, elle se présente en effet comme une nouvelle évocation de Kanizsa, sa ville natale, puisqu’elle est explicitement composée « d’après » le journal du chorégraphe et des poèmes d’Otto Tolnai – qui en est également originaire. Cependant, à travers leurs écrits respectifs, Journal d’un inconnu rend surtout hommage à trois personnalités de la ville. D’une part, au mythique Laszlo Toth, ce géologue australien natif de Kanizsa qui, en 1972, se rendit célèbre dans le monde entier… pour avoir défiguré la Piéta de Michel-Ange à Rome ; d’autre part, à deux hommes que Nadj a côtoyés et qui, tous deux, se sont donné la mort : Tihamér Dobó, le peintre vagabond, et Antal dit Toni Kovács, l’ancien lutteur devenu sculpteur.
Référence manifeste à Nadj lui-même, l’« inconnu » du titre signale, bien sûr, cette part irréductible d’étrangeté à soi-même qui est notre lot commun. Mais il désigne, plus encore, le territoire qu’arpentent, chacun à sa manière, l’iconoclaste, les deux artistes, tout comme Josef Nadj et son ami poète Ottó Tolnai : avec leur part d’inachèvement, de fragilité, avec la place qu’ils tiennent ou devraient tenir dans nos vies, l’art et la création constituent, en effet, la question centrale de Journal d’un inconnu.
Myriam Bl
œdé

  • Chorégraphie et interprétation : Josef Nadj
  • Musiques :Percussions d'Ethiopie, "Sakata", "Halottkísérö" (Bethlen - Észak-Mezöség) (extrait de "Csík Zenekar" "Tiszta Szívvel"), "SonSventaCajvaltic" (extrait de "Mexico, Fiestas of Chiapas andOaxaca"),"Portofélé" (extrait de "Cigány Folklór, Magyarország/Románia")
  • Scénographie : Josef Nadj et Rémi Nicolas
  • Lumières : Rémi Nicolas assisté de Xavier Lazarini
  • Costumes : Bjanka Ursulov
  • Décors : Michel Tardif
  • Peinture des décors : Jacqueline Bosson
  • Vidéo : Thierry Thibaudeau
  • Durée : 1h



Co-production :
Centre Chorégraphique National d'Orléans, Théâtre de la Ville - Paris, La Biennale de Venise

Création à la Biennale de Venise, le 6 juin 2002